MENU

Sainte Hildegarde de Bingen

A- A A+

Qui est Hildegarde de Bingen ?

Hildegarde de Bingen connaît à notre époque une notoriété considérable, comme peu de personnalités médiévales en connaissent, l'enseignement scolaire de l'histoire les ignorant généralement. Hildegarde de Bingen est sans doute la mieux placée pour nous communiquer une image plus profonde de cette époque que nous ne rejetons si vite comme "obscure" que parce que seules nous sont enseignées les dates des batailles et des cruautés.

Dans l'oeuvre de Hildegarde, nous découvrons le côté clair du Moyen Age, avec son immense force spirituelle et une connaissance encore intacte de l'unité de l'homme et de la création. C'est justement la perte de cette unité qui, aujourd'hui, nous ramène à l'ancien savoir et à la tradition.
Nous vivons à une époque où l'homme regarde au coeur de l'atome et marche sur la lune mais, en ce qui concerne les vraies questions de notre vie - notre origine, notre destinée, le sens de notre existence -, nous ne sommes guère plus avancés que les hommes du Moyen Age. Au contraire, du fait du matérialisme et de la science, nous avons été dépouillés des mondes spirituels qui étaient encore une évidence pour les hommes qui vivaient il y a 800 ans. Comment une existence saine et heureuse pourrait-elle être possible si nous sommes rongés par le doute et l'incertitude quant à ces questions vitales ? (Michael Gienger)

Hildegarde de Bingen est l'auteur de livres de visions qui fascinèrent son époque et anticipent plusieurs découvertes des astrophysiciens modernes, et de traités de médecine douce qui font encore autorité. Des rois, des papes, l'empereur Frédéric Barberousse lui-même, écoutèrent les conseils ou les réprimandes de cette femme inspirée, généreuse, en qui l'élévation spirituelle allait de pair avec la passion et le savoir.

Son enfance :  

Hildegarde de Bingen est née le 16 septembre 1098 à Bermersheim vor der Höhe près de Alzey (Hesse rhénane), dans une farmille aristocrate rhénane. Son père, Hildebert von Bermersheim, faisait partie de la haute noblesse. Elle est la cadette de 10 enfants.
Dès son plus jeune âge, elle étonne par ses propos.
A l'âge de huit ans, elle entre au couvent des Bénédictines de Disibodenberg, d'abord pour son instruction puis pour y prendre le voile dès l'âge de 14 ans (1er novembre 1112) sous la tutelle de la Mère supérieure Jutta De Sponheim (sa tante).

 

Hildegarde Abbesse :  

Quand Jutta décède en 1136, Hildegarde a 38 ans et devien Abbesse (Mère supérieure) du couvent de Disibodenberg.

Vers 1147, elle crée son propre couvent indépendant du monastère des hommes à Rupertsberg et n'obtient son indépendance juridique qu'en 1158. Le couvent prospère et Hildegarde fonde en 1165 le monastère de Eibingen.

Ses écrits :     

Elle commence à consigner ses visions, qu'elle a depuis l'enfance, dans "le Scivias" (Connais les voies de Dieu). Elle reçoit même l'approbation du pape Eugène III qui l'encourage à poursuivre son activité littéraire. Elle l'écrit avec l'aide de Volmar, son secrétaire, et Richardis, la religieuse avec qui elle a un lien tès solide. Hildegarde souligne qu'elle n'est pas dans l'extase mais qu'elle perçoit ses visions 'dans son âme', dans un état éveillé. Cet ouvrage était très adminré par saint Bernard de Clairvaux; elle le termine en 1151.
Puis elle écrit le "Liber vitae meritorumentre" de 1158 à 1163 et ensuite le "Liber divinorum operum" entre 1163 et 1174.

La plupart de ses écrits sont réunis dans un grand livre (le Riesencodex) conservé à la bibliothèque régionale de Hesse à Wiesbaden en Allemagne. Bernard de Clairvaux lui a assuré que ses visions étaient grâces du ciel.

Liste de ses écrits : 

- Scivias seu Visiones (1141-1151)
- Liber divinorum operum simplicis hominis (1163-1173/1174)
- Liber vitae meritorum (1158-1163)
- Solutiones triginta octo quaestionum
- Explanatio Regulae S. benedicti
- Explanatio Symboli S. Athanasii
- Vita S. Ruperti
- Vita S. Disibodi
- Physica, sive Subtilitatum diversarum naturarum creaturarum libri novem
- Hymnodia coelestis
- Ignota lingua, cum versione Latina
- Tractatus de sacramento altaris
- Homeliae LVIII in Evangelia
- Libri simplicis et compositae medicinae

Ses oeuvres traduites :
- Le livre des subtilités (I et II : traduction Pierre Monat, 1996)
- Les causes et les remèdes (traduction Pierre Monat, 2005)
-La symphonie des harmonies célestes (traduction Rebecca Lenoir et Christophe Carraud, 2003)

Sa musique :

Hildegarde a composé plus de 70 oeuvres, hymnes et séquences, dont certains ont fait l'objet d'enregistrements récents par des ensembles de musique médiévale : Ave generosa, Columba aspexit, O presul vere civitatis ... Ce dernier est un hommage à Disibod, moine irlandais du VIIème siècle fondateur du monastère double de Disibodenberg, dont Hildegarde fut la biographe. Elle a aussi composé un drame liturgique intitulé "Ordo virtutum" qui comporte 82 mélodies et qui met en scène les tiraillements de l'âme entre le démon et les vertus.

 

 

 

 

 

 

 

 

Promotions

Biomanie vous fait des remises sur les achats en quantité ! En achetant par exemple un carton de lait de riz, vous recevez une remise de 10%.. Ne les ratez pas !

Newsletter

Boutique en ligne

Envie de rester dans le confort de votre salon pour faire vos courses ? Commandez vos produits bio en ligne et recevez vos achats partout en Belgique...