MENU

L'intestin, notre 2ème cerveau

A- A A+

L'importance d'un intestin en bonne santé 

La santé dépend en grande partie de l'accord harmonieux existant entre l'alimentation et les bactéries de la flore intestinale proliférant dans l'intestin. Dans notre appareil digestif se sont établis des milliards de bactéries intestinales utiles. Ces micro-organismes vivent grâce à notre alimentation et nous fournissent toutes les pierres d'édification dont nous avons besoin pour notre santé. De plus, ils protègent notre corps à l'intérieur et notre peau à l'extérieur des substances toxiques et des infections produites par les bactéries, les virus ou les champignons.

La composition de la flore intestinale dépend de notre alimentation, de sorte qu'un bon régime représente le point de départ d'une flore intestinale naturelle et par conséquent d'une solide santé. Si cet équilibre entre le corps et la microflore est perturbé, une dysbiose s'installe qui peut avoir des conséquences sur notre santé et aller jusqu'à mettre notre vie en danger.
Nous parlons entre autre, des inflammations chroniques qui peuvent dégénérer en cancer :
* inflammations chroniques de la muqueuse de l'estomac ou de l'intestin : gastrite, colite ulcéreuse, maladie de Crohn, 
* inflammations chroniques de la peau : neurodermite, psoriasis, acné,
*inflammations chroniques du tissu conjonctif et des os : polyarthrite, lupus érythémateux, 
*inflammations chroniques des muqueuses : sinusite, bronchite, asthme, inflammations chroniques de la vessie.

Pour améliorer son état de santé, il faut donc commencer par améliorer son alimentation et son mode de vie afin de restaurer la structure bactérienne naturelle.

L'intestin : miroir de l'âme  

Paracelse, alchimiste, astrologue et médecin du XVIème siècle, attribuait à l'intestin la plus grande importance. C'est lui qui forgea cette phrase célèbre : "La mort couve dans l'intestin".

Hildegarde de Bingen a décrit dans son livre "Liber Vitae Meritorum" (Guérir avec la force de l'âme) l'influence de notre âme sur l'intestin. L'intestin est la cible de violentes réactions psychiques. Hildegarde décrit trente-cinq vices ou facteurs de risque psychique pouvant se répercuter sur l'estomac et l'intestin. La colère, le dépit et la frustration déclenchent la "rage au ventre" qui peut être si intense que la flore intestinale saine en est détruite.
D'après Hildegarde, nous avons constamment en nous deux tendances extrêmes. La patience et la colère, l'amour et la jalousie, la joie et la tristesse, la force et la faiblesse... Mais souvent, nous nous fixons sur un seul de ces pôles, par exemple sur la colère qui peut nous tenir sous son pouvoir pendant longtemps jusqu'à se traduire dans notre corps sous forme d'auto-agression. La colère est capable de nous ronger à un point tel qu'elle finit par exemple, par se matérialiser par une mycose aux levures. Mais derrière ce sentiment se cache une force curative, la patience, qui peut nous libérer et nous guérir.
Selon Hildegarde, il s'agit de comprendre le langage du corps et d'y découvrir le facteur de risque que celui-ci a déclenché psychiquement. Si nous réprimons et chassons les passions pathogènes, les maladies reviendront sans cesse, souvent plus graves qu'elles ne l'étaient au départ. Ce n'est que lorsqu'une personne est capable de voir les causes psychiques cachées derrière les maladies, et qu'il possède la force de s'en distancer et de s'en débarrasser, qu'il pourra guérir dans son âme, son esprit et son corps.

Exemples de causes de dysbiose de l'intestin  

Chez un homme en bonne santé, des milliards de bactéries intestinales vivent en harmonie naturelle, en symbiose, avec son système immunitaire. Chez une personne en bonne santé, les micro-organismes pathogènes n'ont d'ailleurs aucune chance, puisqu'ils sont constamment détruits par le système immunitaire. Chaque infection donne cependant des indications sur une défense affaiblie et une flore intestinale déficiente. L'utilisation effrénée de médicaments, d'hormones, de toxines chimiques et d'alimentation erronée a mené dans beaucoup de cas à de graves dommages qui ont provoqué soit une destruction de la flore intestinale, soit une surcharge du système immunitaire. Les dommages les plus importants se produisent à cause :
*des antibiotiques, de trop de crudités dans l'alimentation
*des antimycosiques
*de la cortisone
*de la chimiothérapie
*de la pilule contraceptive
*des poisons de l'environnement, les pesticides, les hydrocarbures chlorés,
*des conservateurs comme l'acide acétylsalicylique, l'acide sorbique, le parabène, 
*du mercure d'amalgames dentaires
*du palladium des obturations en or.

Les bactéries de l'intestin sont dértuites par ces agents, au point de ne pouvoir remplir leur tâche et de laisser dès lors pénétrer dans le corps les substances toxiques et nocives. C'est ainsi que beaucoup de maladies se produisent mais par-dessus tout, le système de défense propre à notre corps travaille bien au-delà de son rôle en essayant d'éliminer les intrus et produit ainsi trop d'anticorps qui agressent le corps lui-même, en particulier la peau, le tissu conjonctif, la muqueuse de l'estomac ou de l'intestin; on parle alors de maladies auto-immunes telles que neurodermite, psoriasis, sinusite chronique, bronchite chronique, inflammation chronique de la muqueuse gastro-intestinale, rhumatisme et surtout polyarthrite.

Mais attention, si ces agents chimiques provoquent des dégâts, ils sont parfois nécessaires et ne doivent pas être reniés. Toutefois, après une prise de médicaments ou pendant la prise de médicaments, il existe des mesures de protection, des remèdes correctifs. Sainte Hildegarde nous en énumère et la naturopathie actuelle nous en propose aussi.
La nature nous offre des possibilités innombrables : les probiotiques pour neutraliser les antibiotiques, le vin de lentille d'eau de Sainte Hildegarde pour contrer les effets non désirés de la chimiothérapie, les poires au miel et au fenouil des Alpes pour réparer la perméabilité et pour détoxiner l'intestin, l'épeautre pour redonner à l'organisme tous les micro-éléments nécessaires à son fonctionnement, la silice de la prêle pour nourrir nos os, et d'autres compléments plus spécifiques à l'une ou l'autre pathologie.

Données importantes quant au fonctionnement de l'intestin   

Pour Sainte Hildegarde, il est capital de faire cuire les aliments avant de les consommer, car ce n'est que quand ils sont cuits qu'ils deviennent digestibles et que leurs substances nutritives deviennent métabolisables. Sainte Hildegarde écrit aussi que le bénéfice de la cuisson peut être obtenu grâce au processus de désintoxication des aliments par le vinaigre de vin, le sel, l'ail, la poudre de fenouil, ingrédients entrant dans la vinaigrette pour agrémenter une salade. Selon elle, il n'y a que très peu d'aliments qui soient, de par leur nature, sains à 100% à l'état cru. Parmi ceux-ci, il y a la châtaigne, le fenouil et le coing.  Les autres aliments sont chargés de toxines, de substances antinutritives qui causent du tort à l'intestin.
L'intestin de l'homme, contrairement à celui des vaches, ne contient pas d'enzymes capables de digérer la cellulose des aliments crus et frais. Ceux-ci sont particulièrement riches en vitamines, minéraux et oligo-éléments et il est vrai que la cuisson en diminue la potentialité. Toutefois, il existe différentes méthodes de cuisson qui limitent cette dégradation des nutriments comme par exemple, le cuiseur-vapeur, la cuisson à l'étouffée, la cuisson au four dont la température est inférieure ou à 100° maximum, les casseroles adaptées, et surtout il est impératif d'éviter le plus souvent possible le micro-ondes qui surchauffe et déstructure les molécules.

 



 

Promotions

Biomanie vous fait des remises sur les achats en quantité ! En achetant par exemple un carton de lait de riz, vous recevez une remise de 10%.. Ne les ratez pas !

Newsletter

Boutique en ligne

Envie de rester dans le confort de votre salon pour faire vos courses ? Commandez vos produits bio en ligne et recevez vos achats partout en Belgique...